Du Saint Laurent sur Grand Ecran

pierre-niney-yves-saint-laurent-est-acclame

Comme le disait Yves Saint Laurent, « La mode est un art ». Aujourd’hui, c’est au 7ème art de mettre en scène la vie de cet avant-gardiste. « Yves Saint Laurent », film de Jalil Jespert, sera projeté dans les salles dès le 8 janvier 2014.

Qui n’a jamais rêvé, ne serait-ce qu’un instant, de se mettre dans la peau d’Yves Saint Laurent ? Plusieurs auteurs ont déjà pu s’inspirer de son histoire. Depuis de nombreuses années, différents ouvrages et films ont été publiés dans l’espoir de répondre à certains non-dits de la vie du créateur tel un couturier revisite ses collections. Dernier film en date : Yves Saint Laurent de Jalil Lespert qui sortira en 2014. Celui-ci redessine, de A à Z, la vie de ce grand homme. Le réalisateur veut y montrer en totalité la vie d’Yves Saint Laurent : de ses réussites à ses déboires. Les autres films comme « Yves Saint Laurent – Pierre Bergé : l’amour fou », ou « Yves Saint Laurent, 5 avenue Marceau 75116 Paris » sont plutôt considérés comme des documentaires alors que l’œuvre de Jalil Jespert est un film biographique. L’angle n’est pas le même, la vie d’Yves Saint Laurent est le scénario lui-même de la biopic.

Grand couturier français, il révolutionna la mode du XXème siècle. Créatif, passionné et audacieux, il commença sa carrière comme assistant modéliste pour Christian Dior à partir de 1955. A la mort de celui-ci, deux ans plus tard, il endossa le rôle de directeur artistique de la maison de haute couture à seulement 21 ans. Il créa ensuite sa propre marque, en association avec Pierre Bergé, avec qui il entretenait une relation autant professionnelle que personnelle. Inspiré et adoré, il rhabilla la femme avec ses créations légendaires comme la robe Mondrian, le tailleur-pantalon, ou encore la saharienne. Ce film nous évoque avec une passion déconcertante la vie du créateur.

C’est un jeune pensionnaire de la Comédie française qui a été choisi pour incarner le couturier. Entouré de Guillaume Gallienne et de Charlotte le Bon, et à tout juste 24 ans, Pierre Niney nous emporte dans son rôle qu’il joue à la perfection. Torturé, passionné, terriblement émouvant, il fait renaître le personnage d’Yves Saint Laurent avec un talent fou. Tout y est : la voix, hésitante, presque tremblante, cherchant toujours le mot juste ; les gestes, ceux d’un homme à la fois sensible et fougueux ; et, plus incroyable, le trouble qu’il parvient à transmettre. Définitivement, Pierre Niney redonne vie à cette phrase d’Yves Saint Laurent : « je suis à la fois très fort et très fragile, mais je ne serai jamais brisé ».

Par Iodice Margot, Lépine Auriane et Renon Justine, étudiantes en troisième année à l’EIML