Conférence : Dailypic, Le Fast Food Gastronomique Imaginé Par Anne-Sophie Pic

Anne-Sophie Pic n’a de cesse de nous surprendre. En effet, après être devenue la 1ère femme chef  avec 3 étoiles au Michelin, voici qu’elle ouvre, en juin 2014, l’un des premiers fast food gastronomique à Valence (Drôme).

anne-sophie-pic-3-etoiles-pour-un-fast-food-dailypic-12857242

La célèbre chef base le positionnement de sa marque non sur son héritage culinaire, mais sur l’audace, la créativité et l’innovation. C’est dans cette optique qu’elle créée ce nouveau concept de cantine gourmande, baptisé le DailyPic, de quoi rendre le quotidien encore meilleur.

On connaît tous les principes du fast food ; commander un plat et le recevoir pratiquement instantanément, et ce, pour un prix généralement moindre que dans la restauration traditionnelle. Mais alors comment Anne-Sophie Pic a-t-elle associé ce type de restauration, souvent signe de « mal-bouffe » à la gastronomie ?

Bien évidement on ne retrouve ni hamburger, ni frites mais des petits plats frais à base de produits de saison servis dans des petits bocaux en verre. Les recettes sont renouvelées et la carte change régulièrement, avec des nouveautés chaque semaine. Parmi les petites créations à déguster on retrouve : la salade de carottes au poivre Voatsiperifery, le gaspacho concombre à l’anis vert, le tendron de veau confit, les haricots coco sauge café ou encore pour la touche sucrée, l’île flottante Sencha Cazette… De quoi se mettre en appétit pour des prix tout mini, et ainsi ravir les amateurs de fast food chics.

Les gourmands de l’après midi peuvent se donner rendez-vous en y trouvant aussi un salon de thé « abordable » et une épicerie fine. Sur place ou à emporter, ouvert tous les jours de la semaine, les verrines sont proposées à partir de 4€ et les formules sont à prix tout doux (11,90€ pour entrée/plat/boisson). Avec son concept DailyPic, la chef 3 fois étoilée suit, pour le plus grand plaisir de nos papilles, la tendance de la restauration rapide haut de gamme.

Céline d’Halluin et Raphaëlle Brunschvicg, étudiantes en 3ème année à l’EIML Paris.