Visite : Le Mama shelter, l’hôtel Parisien décalé.

Lors de la visite très privée de l’hôtel Mama Shelter, le 22 octobre dernier, à Paris nous avons pu découvrir le concept de Philipe Starck, qui nous transporte dans l’univers d’un des plus grands designers. Un hôtel trois étoiles au style jeune, moderne et décalé.mama-shelter-bordeaux

Situé dans le 20ème arrondissement de Paris, le Mama Shelter est le dernier né des hôtels du groupe Trigano, appartenant au groupe qui possède le Club Med. Composée de 172 chambres cette résidence hôtelière typiquement parisienne nous propose une expérience unique dans un lieu hors du commun.

La visite peut commencer.

Ce qui frappe immédiatement lorsque l’on rentre dans le Mama Shelter c’est l’atmosphère décalée et branchée de l’espace. Une ambiance signée par le célèbre designer Philippe Starck qui est palpable dès l’arrivée dans l’établissement. On y découvre une réception  spacieuse, des lumières tamisées et où des troncs de bois longent le sol.

Un personnel souriant, poli et a l’écoute, cela vous parait comme étant une base fondamentale dans le service hôtelier?

Mais tatoué, percé et relativement décontracté, vous surprend plus ? C’est le défi que s’est lancé le Mama Shelter. Et cela nous saute aux yeux et nous plonge dans cet univers.

Ce qui retient notre attention c’est le plafond  tout en ardoise où est écrit tout un tas de phrases en anglais et en français à la craie. Original pour un hôtel de luxe !

La directrice de communication, nous sort de nos rêveries pour nous accueillir et entamer la visite de ce lieu relativement cosmopolite.

Nous commençons la visite par le restaurant de 450m2, tout aussi original par son décor.

La salle est décomposée en trois partie : le coin pizzeria, le bar et le restaurant. Le plafond en craie est toujours là, l’intervenante nous explique qu’il y a une personne chargée d’effacer et  de réécrire certaines parties du plafond assez fréquemment selon ses envies. Le mobilier est composé de meubles et d’affiches chinés et récupérés à droite et à gauche, il y a même une rangée de bouées de plage exposées au dessus d’une table.

La visite continue ensuite par l’une des chambres de l’hôtel ainsi qu’une des suites, toujours dans le même style Starckien : une chambre aux murs en bétons bruts noir, au plafond noir, une chambre très sombre avec quelques touches de couleurs verte ou orange. Des masques de carnaval en guise de lampes sont même installés.

La visite s’est enfin terminée par la terrasse de l’hôtel, où l’été les clients peuvent venir manger et le soir faire la fête jusqu’à minuit dans une ambiance estivale et décontractée.

Djinda-Dior Kane et Quentin Montchamp étudiants à l’EIML en 3ème année.

Tags: × × × ×