Yiqing Yin, Digne Héritière de Madeleine Vionnet


Untitled-1

Lors de la Fashion Week de Paris Printemps-Eté 2015, Yiqing Yin nous faisait découvrir ses créations. Retour sur les inspirations de la créatrice qui agite la sphère de la mode.

Le défilé nous plonge dans une atmosphère étrange et onirique. La femme Yiqing Yin se définit par des silhouettes floues, délicates, dansant à chaque mouvement. Les créations apparaissent comme de véritables œuvres d’art sculptural, se rapprochant du travail de la grande Madeleine Vionnet, styliste des « années folles », véritable sculptrice de la matière. Les deux femmes travaillent le velours et le crêpe en rendant leurs créations légères, en dépit de la lourdeur des tissus. «Ma passion, ce n’est pas la mode, mais la matière. Le vêtement est un moyen d’expression. Le corps est un support.» Ce qui passionne Yiqing Yin chez Vionnet se retrouve aussi chez d’autres inspirations comme Azzedine Alaïa «Des architectes. Chacun des vêtements qu’ils ont créés est un casse-tête.»

Le drapé compose de nombreuses créations, Yiqing Yin le trouve en construisant directement sur le stockman, dans le flou. Ce procédé instinctif est comparable à celui de Vionnet, qui laissait courir sa main sur le mannequin sans passer par le croquis. Les deux femmes révèlent donc une approche très sculpturale du vêtement. Leur passion pour la matière les fait véritablement sculpter les robes, à cela s’ajoute une technique d’assemblage et de décomposition du textile. La soie, utilisée la plupart du temps, apparaît dans toutes ses formes à travers un travail de restructuration. Il en résulte un vêtement complexe par sa composition et incroyablement épuré par sa ligne.

Le défilé 2015 s’inscrit encore et toujours dans la fluidité avec le drapé antique, qui révèle des formes féminines entre élégance et abstraction. Ce talent émergeant de la création contemporaine nous offre un spectacle aussi bien technique que poétique de par sa collection incroyablement ambitieuse. La créatrice est en passe de devenir, comme Madeleine Vionnet, un incontournable de la capitale de la mode.

Estelle ALBA & Anaïs DAMIAO, étudiantes en 3ème année à l’EIML