Ateliers du Luxe : La Maison Francis Kurkdjian, l’antre d’un génie

Nichée rue d’Alger, cette boutique écrin nous ouvre les portes sur l’univers envoûtant de Francis Kurkdjian. Enchantement et saveurs d’ailleurs au rendez vous. 

10954879_10206260250804176_1413312501_n

Français d’origine Arménienne, le parfumeur de l’ombre a toujours eu une extrême sensibilité olfactive et décide alors très jeune de faire de sa passion, son métier. A seulement un quart de siècle, il signe son premier parfum pour Jean Paul Gaultier qui n’est autre que Le Mâle. De ce premier jet explosif, suivront des dizaines de fragrances à notoriété internationale telles que le parfum d’Elie Saab, Eau noire de Dior ainsi que nombres de collaborations avec des Maisons prestigieuses. Audacieux, il réalise également des “ambiances olfactives” pour de grands évènements comme la Biennale. Suite à ces collaborations, il décide de donner naissance à sa propre griffe en 2009, pour cause : “il avait des choses plus personnelles à dire”.

Son concept ? Créer des parfums qui ne sont plus attachés à l’image de l’éternel mais à l’idée de l’éphémère. Il souhaite que le parfum soit évolutif, qu’il s’accorde aux ambiances et aux humeurs. Le parfum devient alors un véritable accessoire de mode et se matérialise avec la création de vestiaires olfactifs. Ce maestro donne naissance à des créations plutôt éclectiques, en effet, on retrouve au sein de ses créations des fragrances de caractère comme la collection des Ouds où surgissent ses origines aux senteurs orientales et épicées. Y figure également des jus plus légers, utilisant des notes relatives aux familles des hespéridés et des floraux. Ses parfums sont singuliers, éveillent des sens, ce sont des mélanges savants qui demandent un nez expérimenté pour être capable de les apprécier, de les découvrir dans leurs intégralités.

Au sein de la boutique écrin rue d’Alger, l’architecture célèbre la Galerie Vivienne, immergé dans un microcosme parisien. L’entrée se fait par un corridor aux couleurs gris anthracite animé par un système d’automates reproduisant les édifices de la ville lumière comme si nous survolons les toits de Paris. A l’intérieur, l’ambiance y est chaleureuse et intimiste, il s’inspire du fameux, “Breakfast at Tiffany’s”. Une visite qui semble arrêter le temps et nous transporte au coeur de la note Francis Kurkdjian. En ce moment la rose est mis à l’honneur au sein de la boutique, à l’occasion de la sortie de la dernière fragrance du maître, A la rose. De nombreux pétales viennent orner avec volupté la vitrine, nous plongeant dans un univers plus romantique.

Charlotte Randonnet et Lauriane Pointet, étudiantes en 3ème année à l’EIML Paris.