Un Atelier De Luxe : La Visite De La Boutique Serge Lutens

L’EIML Paris a donné l’opportunité à ses élèves de visiter la boutique Serge Lutens lors d’un atelier de luxe. La boutique est située dans un lieu symbolique de Paris : les Jardins du Palais Royal, dans la galerie de Valois.

Place à la visite en la compagnie d’une professionnelle de la parfumerie Serge Lutens. Cette dame nous transmet sa connaissance et sa passion de la marque. Le décor de la boutique est féerique, et nous emmène dans l’univers de Serge Lutens… L’atmosphère est calme, paisible, grâce à une lumière tamisée violette, petite allusion au Pays du Soleil Levant aimé de Serge Lutens. Quelques présentoirs simples, mais raffinés présentent les parfums, et le maquillage. Le plafond et le haut des murs rappellent l’univers céleste : des étoiles, lunes et soleils en relief. Un magnifique escalier en colimaçon trône au centre de la boutique.

L’histoire de la marque nous est expliquée en quelques mots. C’est en 1967 que le créateur est lancé, lorsque Christian Dior fait appel à lui quand il s’apprête à lancer sa ligne de maquillage. Il créera pour cette maison couleurs, style et images. Serge Lutens voyage et découvre le Maroc puis le Japon. Ces deux pays, aux cultures si riches et si différentes lui permettront de bâtir son propre univers, aussi bien pour l’image de la marque, le décor des boutiques, les fragrances et noms de ses parfums. En 1980, il signe une collaboration avec Shiseido, qui permettra à au groupe de cosmétiques japonais d’imposer une identité visuelle mondiale très puissante. C’est finalement en 2000, que Serge Lutens crée la marque qui porte aujourd’hui son nom et impose plus que jamais son style. Parfums et maquillage se croisent entre une distribution pointue et sélective et celle plus confidentielle du  Palais Royal Serge Lutens.

Tout en continuant son récit, nous découvrons les parfums de l’emblématique collection de « Flacons de table » à travers des échantillons. Suivent des fragrances comme «Tubéreuse criminelle», «Cuir mauresque», « Rahät Loukoum », « La Vierge de fer », … Les noms sont aussi originaux que les senteurs. Le cuir, l’amande, la chrysanthème, l’encens, et bien d’autres odeurs, se succèdent et ne se ressemblent pas. Nous retenons particulièrement « Muscs Koublaï Khän » qui nous interpelle par une odeur très forte, sauvage, bestial même, mêlant des muscs très animalisés à de nombreuses peaux tannées. Découverte également des autres collections : les flacons vaporisateurs rectangulaires, les eaux, ainsi que les collections de maquillage. Le prix moyen est autour de 150€. C’est la tête pleine de couleurs, le nez éveillé, émerveillé et parfumé que nous quittons la boutique, une enveloppe d’échantillons à la main offerte par notre hôte…

Maud Bossard et Aline Pariente, étudiantes en 3e année à l’EIML Paris