De L’hybridation Entre Mode Et Technologie

Les marques de mode s’approprient la technologie. Ces derniers temps, deux poids lourds de la mode ont annoncé leurs avancées, Dior avec son occulus rift et Gucci et sa montre connectée. A l’ère de la « fashionology », quel impact pour le luxe ?

article

Le terme « fashionology », c’est le mariage entre la mode et la technologie. On doit ce mot à Will.i.am. qui a annoncé en mars dernier sa collaboration avec Gucci pour la création de leur nouvelle montre… connectée ! D’après Stéphane Linder, nouveau CEO de la société Gucci : « Nous voulons faire quelque chose d’émotionnel, de trendy et d’avant-garde et ouvrir un nouveau chapitre des montres Gucci. » Le célèbre chanteur qui est maintenant son associé a rajouté : « Lorsque la technologie et la mode se rencontrent, cela crée de la ‘fashionology’, la fierté de porter sur soi un produit technologique, mais chargé d’émotion. La technologie, c’est le nouveau pouvoir! ».

Plusieurs maisons de montre ne les ont pas attendus pour s’engager dans cette voie. Si Bulgari a déjà présenté une montre permettant de mémoriser tous ses mots de passe, les montres Kairos impactent aussi le marché du luxe en alliant des systèmes de notifications au sein de montres classiques à aiguilles et propose ainsi une horlogerie automatique traditionnelle accompagnée d’une interaction avec le mobile. On retrouve aussi cet apport des technologies depuis un certain temps dans la mode à travers le travail de nombreux designers comme Hussein Chalayan et ses vêtements articulés, Yin Gao et ses robes équipées d’ampoules LED ou Iris Van Herpen, véritable pionnière de l’insertion de l’imprimante 3D dans son domaine, avec la réalisation de ses robes futuristes. Cependant le travail de ces designers restaient inclus dans des pièces de Haute Couture.

Aujourd’hui, la technologie s’installe plus que jamais dans la mode, en touchant de plus en plus de gammes. Elle n’est plus un outil utilisé par des designers innovants mais s’installe dans le marché du prêt à porter et de l’accessoire. On peut donc se demander si au delà de constater une relation entre les deux, nous ne sommes pas en train d’assister à leur hybridation. Il est probable que pour certains cela serait une manière de réenchanter la mode, pour d’autres, couture et technologie doivent être distincts. Cependant on peut souligner que les apports mutuels de ces disciplines ne peuvent qu’être positifs, dès lors pourquoi vouloir les séparer?

Estelle Alba & Anaïs Damaio, étudiante en 3ème année à l’EIML Paris.