Retour sur la conférence Jean Patou

3

Au dernier trimestre 2015, nous avons eu le plaisir de rencontrer Monsieur Bruno Cottard, Vice Président de la marque Jean Patou qui nous a fait part de l’histoire de la marque.

 Créée par Jean Patou au début du 20ème siècle, la marque éponyme a tout d’abord été une maison de Haute Couture Parisienne. Ayant un succès florissant après la Première Guerre Mondiale, cette dernière s’est alors élargie en créant une division parfum. Elle a été par la suite le point de passage de plusieurs grandes personnalités d’aujourd’hui, telles que Jean Paul Gaultier entré comme apprenti en 1971 ou encore Christian Lacroix en 1981. Jean Patou dégage par cela, un symbole fort dans le domaine des parfumeries de niche.

Misant avant tout sur la qualité du parfum, la marque s’accorde toutes les folies et va alors s’approvisionner dans les meilleurs endroits. Utilisant le jasmin et la rose de Grasse aux propriétés olfactives exceptionnelles, Jean Patou dépense 10 à 20 fois plus qu’en prenant des produits ordinaires.   Sa volonté première ? Essayer de maintenir l’excellence et sa philosophie de très haute qualité qui rentre dans la composition de tous ses parfums. « Le luxe ce n’est pas ce qui est chère, c’est ce qui demande un chemin d’initiatives » déclare Bruno Cottard.

La maison a depuis toujours comme produit phare le parfum Joy, créé en 1929 à l’origine fait pour un cadeau et non pour être vendu, cette fragrance traverse les générations et sait se réinventer. En effet, aujourd’hui, elle a été revisitée, « Joy Forever », afin de pouvoir être portée par les femmes actives du 21ème siècle.                                                                                                                                             Vendus plus chère que les autres marques, les parfums de niche rencontrent désormais un succès fulgurant dû à leur qualité, mais aussi leur côté unique. De son côté, Jean Patou propose un service sur mesure afin de créer un parfum à son image, les femmes étant en quête de personnalisation : « elles ne veulent pas le même parfum que la concierge ou quelqu’un dans la rue ». Ce processus durant près de 9 mois et coûtant environ 50 000 euros n’est autre que la preuve que Jean Patou appartient au cercle très fermé et prestigieux de la parfumerie de niche.

Océane Besson et Priscille Conte, étudiantes en 3ème année à l’EIML Paris.