Le Trench-Coat, l’inaltérable pièce de Burberry

L’histoire du Trench débute en 1856. Son créateur, pourtant sportif, souffre de rhumatismes, et son médecin lui recommande fortement de ne plus porter son imperméable en caoutchouc, qui ne laisse pas respirer la peau. De cette recommandation naît la spécialité de Thomas Burberry : les vêtements d’extérieur, et plus particulièrement le Trench-coat.

burberry

Le Trench-coat, également appelé « manteau des tranchées », est né durant la Première Guerre Mondiale. Ce manteau d’officiers est devenu en quelques décennies un incontournable de la mode. Crée en 1914, il était exclusivement réservé aux hommes avant que les femmes ne se l’approprient pour en faire leur manteau de prédilection. Léger, résistant et élégant, le trench est une version améliorée du manteau d’officier britannique. Souvent beige, ocre, kaki ou noir, il est reconnaissable par ses 10 boutons croisés et sa coupe évasée qui descend jusqu’aux mollets. Ce même manteau devient icône de style pendant les années 50, quand de nombreuses stars arborent les créations Burberry dans des films cultes tels que Humphrey Bogart dans Casablanca, Audrey Hepburn dans Breakfast at Tiffany’s ou encore Gary Cooper et Marlène Dietrich dans Cœurs Brûlés.

Sa matière souple est également une invention de Thomas Burberry qui, pour trouver une alternative au caoutchouc utilisé comme matière imperméabilisante, crée en 1879 la gabardine, une toile de coton aux fils serrés. Le trench est donc le résultat de recherches innovantes sur le tissu qui vont révolutionner le monde de la mode. Désormais fabriqué à partir de coton, de cuir ou encore en microfibres, il conserve malgré tout son prestige grâce à son renouvellement chaque saison. Selon Christopher Bailey, directeur artistique de la Maison, « It’s really important to be disruptive and do things that actually are kind of a little scary and bold ». Apprécié et popularisé par les soldats dans la vie civile, le trench a subi une évolution fulgurante devenant à la fois un vêtement pratique et chic.

Aude Herrenschmidt, étudiante en 3ème année à l’EIML Paris.