Louis Vuitton x Chapman

Cette année, la maison Louis Vuitton renouvelle son partenariat avec Jake et Dinos Chapman, des artistes plasticiens britanniques très controversés. Cette collaboration printemps-été 2017, sous le signe de la savane, représente des animaux hybrides et monstrueux mêlés au célèbre monogramme. La boutique des Champs-Elysées leur fait honneur dans ses vitrines.

Pour sa collection Printemps-Eté 2017, Kim Jones, le directeur artistique a demandé aux frères Chapman de travailler avec lui sur le thème de l’Afrique. Les deux frères avaient collaboré avec la maison de luxe en 2013 pour la collection hiver. Kim Jones exprime ses voyages à travers ses collections, pour faire vivre une véritable expérience aux clients Louis Vuitton. « J’étais en Afrique du Sud quand j’ai découvert un livre ancien de gravures d’animaux, ils étaient esquissés, comme s’ils étaient dessinés pour la première fois. Je les ai envoyé à Jake [Chapman] et il les a trouvés géniaux » Raconte Kim Jones. Il explique ensuite pourquoi il a choisi ces artistes « J’aime leur travail. Il est à la fois intrigant, fascinant et effrayant. ».

S’ils avaient déjà repris, lors de leur première collaboration, des créatures qui se cachent dans la forêt comme le hiboux ; aujourd’hui ils s’attaquent aux animaux de la savane, tels que le lion, la girafe ou le zèbre, toujours sur fond de monogramme. Ces animaux deviennent les motifs des pulls, chemises, vestes et sacs de la collection. Une collaboration en adéquation avec l’ADN de la Maison, sous le signe du voyage. Mais Louis Vuitton n’en est pas à son coup d’essai. La marque française a plusieurs collaborations à son actif, avec notamment ; Stephen Prouse, Takeshi Murakami et Yayoi Kusama. Chacun ayant revisité les classiques Vuitton à sa façon et participant au renouveau et à la figure contemporaine du malletier français. Pour Kim Jones « L’idée est de parler à toute personne qui a envie de mettre de la fantaisie dans sa garde-robe » ; « Je ne suis pas sûr que l’art aide toujours à vendre la mode. Le propos n’est pas là. Il s’agit d’abord qu’une collaboration fasse sens à une plus grande échelle, parce qu’elle est en symbiose avec l’ADN de la maison » reprend le créateur.

Cette collection arty prouve une fois de plus à quel point la mode est transversale. Louis Vuitton a donc décidé de mettre cette collection à l’honneur, dans le monde entier. A l’occasion de son arrivée, les vitrines de son flagship monde situé au 101 Avenue des Champs Elysées à Paris se sont invitées dans la savane. De cauchemardesques statues d’animaux hybrides de plusieurs mètres, se dressent alors sur la plus célèbre avenue du monde, prenant les passants par surprise et les emmenant dans un safari cruel et sauvage. Une girafe mythologique aux dents acérées, un éléphant féroce et un rhinocéros chimérique mettent en scène les différents produits de cette collection aux imprimés fantaisistes, tout en illustrant l’intemporelle jeunesse et le dynamisme explosif de cette maison qu’est Louis Vuitton.

Cheung Samantha, Cavelier Patricia, Caron Estelle, Gianati Justine, étudiantes en 3ème années EIML Paris.