Le Ritz, la réouverture tant attendue

Crée en 1898 par César Ritz, l’un des plus célèbres palaces du monde voit le jour. Référence mondiale du luxe et du savoir-faire français dans le secteur de l’hôtellerie, le Ritz conserve des archives monumentales : hébergement des plus grandes célébrités, personnalités de tous secteurs, notamment Gabrielle Chanel alias Coco Chanel, le Ritz demeure aujourd’hui le palace Parisien d’excellence.

En 2012, ce lieu mythique ferme ses portes pour rénovation…

Après quatre années de travaux, le Ritz a discrètement réouvert fin 2016. Pas d’inauguration, de célébration ou encore soirée d’ouverture, c’est comme si celui-ci n’avait jamais fermé ses portes.

Mais qu’est-ce qui a changé depuis 2012 ?

Tout en conservant ses codes, ses valeurs, le Ritz offre désormais à sa clientèle une nouvelle grande Terrasse, la « Terrasse Vendôme », installée au sein de la cour intérieure de l’hôtel elle offre à ses clients un moment alliant prestige et détente.

Qu’en est-il des chambres ?

Si à l’origine le Ritz comptais 159 chambres et suites, aujourd’hui il en compte 142 : plus grandes, plus travaillées, chaque chambre incarne un univers précis, savoir-faire, tradition française sont au  coeur de l’architecture des chambres.

Comment parler de cette réouverture sans sa gastronomie ?

Rendu célèbre grâce à son restaurant l’Espadon, le Ritz dès sa réouverture à souhaiter confirmer sa réputation de restaurant gastronomique. Aux commandes, Nicolas Sale successeur de Michel Roth, c’est une nouvelle brigade de cuisine, de nouvelles techniques, une nouvelle carte, des plats contemporains que propose le restaurant du Palace. Un mot en cuisine : On innove !

Par ailleurs, Le Ritz rend hommage à Gabrielle Chanel en inaugurant le tout premier spa de la maison Chanel : un écrin de luxe et de détente qui repose sur une expérience mettant en éveil tous nos sens et saine pour le corps et l’esprit. La Suite Coco Chanel reste fidèle à l’esprit originel fait de miroirs en bois doré, de meubles noir et blanc…

 

 

 

 

 

 

 

Chloé Darbonnel, 3 EIML Paris