La Palme d’Or sertie par Chopard

 

 

 

La Palme d’Or, symbole historique du Festival de Cannes, récompense le meilleur film. À l’occasion de la 20ème année de partenariat avec le festival, la maison joaillière Chopard a décidé de revisiter ce trophée.

 

Une création joaillère en faveur du luxe durable

Pour la toute première fois, un ensemble de diamants orneront cette précieuse récompense. Ces derniers sont au nombre de 167 et proviennent d’un fournisseur agrée par le Responsible Jewellery Council, qui fixe un certain nombre de normes éthiques et prouve l’engagement de Chopard en faveur du luxe durable. La marque suisse a également souhaité honorer le 70ème anniversaire du festival avec une tige de plus de 10 cm de long en or massif. Certifié « Fairmined » pour ces 118 grammes d’or éthique 18 carats, ce métal trouve son origine dans des mines orientées sur le développement social et la protection de l’environnement.

 

Un symbole réalisé par Chopard

Depuis 1997, la Palme d’or écrit une nouvelle page dans l’histoire du Festival de Cannes. Pierre Viot, directeur du Festival, confie à Caroline Scheufele, co-présidente et directrice artistique de la maison Chopard, la création, l’imagination et la réalisation d’une nouvelle Palme d’or. C’est ainsi que depuis 1998, la maison Chopard devenue Partenaire officiel du Festival. Elle façonne ce prestigieux trophée à la main dans ses ateliers. Caroline Scheufele se rappelle son premier rendez-vous avec Pierre Viot : « J’ai remarqué la Palme d’Or juste derrière lui dans son bureau. Je lui ai demandé si je pouvais la voir de plus près. Quand il a compris mon intérêt, il m’a demandé si je voulais en créer une nouvelle version pour lui, une sorte de relooking. Ravie, j’ai tout de suite accepté ! »

La directrice artistique a décidé d’alléger la Palme d’Or en lui donnant du volume et de la profondeur. Elle a retravaillé le branchage et les 19 feuilles plaquées d’or jaune, qui semblent suspendues en plein mouvement. La pointe, quant à elle, forme un petit cœur, symbole de la Maison genevoise. De plus, l’unicité de cette Palme est mise en évidence grâce au coussin de cristal de roche rectangulaire biseauté en forme de diamant de taille émeraude. Enfin, ce petit bout de brillance est fabriqué main, par sept artisans durant 40 heures de travail. Ce majestueux Saint Graal est estimé à 20 000 euros. Cette année c’est Ruben Östlund avec son film suédois « The Square », qui a remporté l’objet de tous les désirs.

 

Pauline BONETTO 3F EIML