Défilé Vetements, une collection autobiographique

Demna Gvasalia, réfugié géorgien et créateur du label Vetements présentait une collection très personnelle pour son défilé homme printemps été 2019, le dimanche 1er juillet à Paris.

Photo du défilé Vêtements Luxe Lab

 

Pour cette dixième collection, Vetements déployait une atmosphère hard rock et menaçante à travers une mise en scène sous les voûtes du périphérique parisien. La bande son des Sisters of Mercy résonnait sur un podium composé d’une quarantaine de jeunes Géorgiens, recrutés dans les rues de Tbilissi lors d’un casting sauvage.

 

Ce défilé retrace l’histoire du designer, celle de la guerre civile géorgienne qui a touché Demna Gvasalia à l’âge de douze ans. La Russie a envahi sa région natale obligeant sa famille à fuir vers l’Europe de l’Ouest, ce long périple dévoile une collection terrifiante et effrayante.

 

Les mannequins cagoulés imposent la peur par des messages cyrilliques, des emblèmes soviétiques, des imprimés cibles avec impact de balle au dos.

Les jeans sont découpés, rapiécés ; des vestes à motifs camouflages sont portées avec des shorts assortis. Une série de parkas sportwear, confectionnées aux couleurs de la Russie, la Turquie, l’Ukraine, les États-Unis et la Géorgie s’ajoute au « documentaire » de la vie du créateur.

 

Demna Gvasalia nous a dévoilé pour la première fois, l’une des faces sombre de son enfance, une partie de son histoire qui a changé sa perception, ses designs et ouvre une nouvelle ère de storytelling assumée.